Baisse des retraites obligatoires et retraite complémentaire

 

07/06/2018

Dans un environnement économique complexe marqué par une fiscalité lourde et par la perspective de baisses des retraites obligatoires qui n’est pas une fiction. La réflexion sur la préparation de sa retraite n’est plus une option mais devient une nécessité. Pour s’assurer un certain niveau de vie au moment du départ à la retraite il n’y a pas d’âge pour commencer à mettre en place des solutions.

Focus sur l’épargne salariale et le Plan d’épargne pour la retraite collectif (PERCO) qui est un outil irremplaçable pour bénéficier de compléments de revenus dans un cadre fiscal et social avantageux. Le PERCO est une solution d’épargne retraite mise en place par l’entreprise et qui vous permet d’épargner sur le long terme en vue de préparer votre retraite future.

Fonctionnement :

Vous pouvez placer les primes d’intéressement et/ou participation, verser librement ou recevoir un abondement de l’entreprise dans votre PERCO qui seront exonérés d’impôt sur le revenu. Ces primes seront placer sur des supports d’investissement qui feront fructifier votre capital jusqu’au moment du départ à la retraite. Si vous avez besoin d’acquérir votre résidence principale vous pouvez débloquer l’intégralité des primes présentes sur votre PERCO.

Qui peut en bénéficier ?

-Le Chef d’entreprise

-les mandataires sociaux de l’entreprise

-Les salariés de l’entreprise

 

Le Plan d’épargne pour la retraite collective représente une solution d’épargne-retraite sans équivalent, mis en place par votre entreprise et qui vous permet de préparer votre retraite dès aujourd’hui. Vous êtes libre d’alimenter votre PERCO des versements personnels. Votre entreprise peut également vous aider à vous constituer une retraite complémentaire en réalisant des abondements exonérés d’impôts et de charges sociales.

Pour réaliser une étude de votre situation n’hésitez pas à nous contacter en utilisant le formulaire de la page de contact !

Révolution de la prévoyance pour les TNS et les mandataires sociaux

31/05/2018

La prévoyance consiste à se couvrir contre tous les aléas de la vie liés à la personne, tant à titre particulier que professionnel. En 2018 seulement 1 travailleur non salarié (TNS) sur 2 et 28% des salariés sont équipés de prévoyance. Cela s’explique d’une part par une méconnaissance de ce qu’est la prévoyance et d’autre part par les complexités administratives (formalités médicales, questionnaires médicaux, déclaration de santé …)

Néanmoins, aujourd’hui il est possible de bénéficier d’une prévoyance universelle quels que soient le métier et le statut des entrepreneurs, sans sélection médicale et avec des formalités d’adhésion simplifiées. En effet seule la déclaration universelle de l’entrepreneur atteste de son activité et suffit à être assuré.

N’attendez plus pour vous prémunir en cas de décès, d’invalidité ou d’arrêt de travail. Contactez-nous en remplissant le formulaire de la page de contact !

Perspective d’évolution du livret A et placement

 

25/05/2018

Les choses se précisent concernant l’évolution à court et moyen terme du rendement des livrets bancaires réglementés et plus précisément sur le livret A.

Le ministre de l'économie et des finances a confirmé que le taux de rémunération du Livret A resterait gelé à 0,75% - un niveau historiquement bas auquel il est fixé depuis août 2015 - jusqu'en 2019, comme annoncé à l'automne.

A ce niveau, le rendement réel du Livret A est déjà négatif, puisque l'inflation hors tabac s'est établie à +1,4% sur les douze mois à fin avril. Pour aller plus loin sur un horizon de placement de 5 ans (2015 à 2019) dont le taux de rémunération de 0,75% est déjà fixé à l’avance. Si on part d’un taux d’inflation annuel à 1,4%, le dernier indice publié par l’Insee en 2018, cela signifie que le rendement réel de votre placement sur cette période est de -3,25%.

La question qui se pose est : dans le contexte économique actuel ou dois-je placer mon argent si je ne le laisse pas sur le livret A ?

Il n’y a pas de réponse unilatérale car le choix des supports de placement doit correspondre avant tout à votre situation et à vos objectifs. L’efficacité du pilotage de votre épargne dépendra de l’adéquation entre les supports de placement choisis et vos projets de vie.

Qu’elles sont mes objectifs ?

            -La valorisation de mon capital

            -La préparation de ma retraite

            -La transmission de mon patrimoine

            -L’optimisation de ma fiscalité

 

Pour réaliser une étude de votre situation, n’hésitez pas à nous contacter en utilisant le formulaire de la page de contact !

L'assurance emprunteur au coeur des préocupations des propriétaires

11/05/2018

Depuis le 1er janvier 2018 l’amendement Bourquin précise que tout type de contrat d’assurance emprunteur, pourra être remplacé par un autre, au moment de son échéance annuelle (soit à la date prévue dans le contrat, soit par défaut au 1er janvier, soit à la date d’anniversaire de la signature). La banque prêteuse n’acceptera la substitution de l’assurance par une autre que si le niveau de garantie est équivalent.

Auparavant, l'assuré n'avait pas d'autre possibilité que de changer d'assureur au cours des 12 premiers mois de contrat. Dès à présent, il pourra le faire à n'importe quel moment, à conditions de trouver un contrat à garanties identiques.

Peut-on changer d’assurance emprunteur comme on change d’assurance habitation ou automobile ? Depuis le 1er janvier 2018, la réponse est « oui ».

Quelques chiffres :

À ce jour, 88% du marché de l’assurance de prêt est détenu par les bancassureurs. Ces derniers, proposant généralement des contrats de groupes, n’offrent pas forcément les taux les plus avantageux. Changer d’assureur permettrait donc à un emprunteur d’économiser en moyenne 6 000 €. Une somme qui peut monter jusqu’à 30 000 € selon les profils.

Pour réaliser une étude de votre situation, n’hésitez pas à nous contacter en utilisant le formulaire de la page de contact !


2018 l'année du Déficit Foncier

02/05/2018

tl_files/images/Repertoire 2/Image Deficit foncier 1.jpg

Avec la mise en place du prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu au 1er janvier 2019. Beaucoup de questions se posent notamment en matière de revenus fonciers et de déficit foncier. Le prélèvement à la source est-il réellement un dispositif anti-optimisation ?

En effet le traitement du déficit foncier étant modifié sur 2 ans il est légitime de se poser la question et il convient d’étudier chaque cas pour tirer profit du dispositif applicable aux revenus fonciers au titre des années 2018 et 2019.

Application du Déficit Foncier :

Les dépenses de travaux sont donc déductibles :

Au titre des revenus 2018 : à hauteur de 100% de leur montant 2018

Au titre des revenus 2019 : à hauteur de 50% de leur montant 2018 et 50% de leur montant 2019.

Prenons un exemple :

Mr et Mme DURAND déclarent 20 000€ de revenus fonciers en 2018. Ils réalisent un investissement en déficit foncier sur lequel 120 000€ de travaux seront déductibles.

Ils reporteront donc sur les revenus 2018 un déficit de 120 000-20 000-10 700 (déficit imputable sur le revenu global) soit 89 300€.

Au titre de l'année 2019, 50% des travaux 2018 seront déductibles soit 60 000€.

Mr et Mme DURAND bénéficieront donc d'un déficit reportable de 149 300€ pour 120 000€ de travaux engagés.


En conclusion, l'année 2018 représente une opportunité unique de réaliser un déficit foncier important en investissant dans un bien éligible .

Pour plus d'information, n'hésitez pas à nous contacter en utilisant le formulaire de la page de contact!